Accueil Les "fausses" momies aliens L’affaire des diapositives de « Roswell ».

L’affaire des diapositives de « Roswell ».

118

Le dossier de « Top secret » :

C’est dans le numéro d’avril-mai 2015 de la revue « Top secret » que j’ai eu connaissance de ce nouveau rebondissement de l’affaire Roswell, l’auteur de l’article concerné étant Stéphane Royer.

En 2013, le blogueur Rich Reynolds a révélé, sur sa page consacrée aux OVNIs, que des chercheurs sur l’incident du crash de Roswell étaient sur le point de faire une révélation à propos de la découverte de photos d’un corps extraterrestre.

Le 25 septembre 2013, l’ufologue Kevin Randle démentit être impliqué dans l’enquête autour des diapositives évoquées. Kevin Randle, qui a une licence de journalisme et un doctorat en psychologie, a fait la quasi-totalité de sa carrière dans l’armée. Il a été pilote d’hélicoptère au Vietnam et pendant la seconde guerre du Golfe. Il en est sorti avec le titre de lieutenant-colonel et une récompense militaire (le Combat Action Badge). Son premier livre sur les OVNIs remonte à 1988. Il s’est associé à l’ufologue Donald Schmitt et a rédigé deux livres (en 1991 et en 1994) consacrés à Roswell.

Mais Don Schmitt avait menti sur sa vie, s’inventant des diplômes et une carrière qu’il n’avait pas eu. Ses informations étaient peu fiables, voire erronées, car non vérifiées sur le terrain ou dans les archives. Aussi, Kevin Randle se désolidarisa de son collègue ufologue. Don Schmitt, quant à lui, s’associa ensuite à Thomas Carey, un ufologue enquêteur au MUFON puis auCUFOS. Thomas Carey, qui a une licence en administration des affaires, s’est engagé pendant quatre ans dans l’armée, avant de faire des études d’anthropologie. C’est en 1991 que Don Schmitt s’est associé avec Tom Carey, alors qu’il était encore avec Kevin Randle, au sein de ce qui fut plus tard appelé la « Roswell Dream Team », laquelle comprenait, outre les trois chercheurs, quelques autres personnes moins connues du grand public.

En 2013, lors de l’évocation de l’affaire des diapositives, aucun de ces chercheurs ne confirma ni n’infirma. Kevin Randle semblait s’être réconcilié avec Donald Schmitt. Tom Carey aurait été mis en contact avec une personne ayant des diapositives insolites à lui montrer. On apprit plus tard qu’il s’agissait de deux diapositives censées représenter un humanoïde extraterrestre, l’une d’elles représentant le corps allongé, et l’autre représentant un corps, sans tête, qui a subi une autopsie.

Le 28 septembre 2013, l’ufologue et cryptozoologue Nicholas ‘Nick’ Redfern déclara avoir été en contact avec un homme à l’accent texan qui lui demanda combien pouvaient valoir des diapositives montrant un corps extraterrestre récupéré à Roswell. Cet interlocuteur donna à Nick Redfern des détails que seuls les enquêteurs de la Dream Team connaissaient : le nom du premier propriétaire (Bernerd Ray) des diapositives, et le fait que les parties génitales du corrps photographié étaient cachées. Nick Redfern précisa que la photo aurait été prise par un géologue du nom de Bernerd Ray, lequel avait travaillé au Nouveau-Mexique près de Roswell. C’est en tombant sur une opération de nettoyage de l’armée que le géologue avait pris quelques photos à l’insu des militaires, ces photos ayant ensuite été tirées sous forme de diapositives. A la mort de son mari, son épouseHilda dissimula ces diapositives.

A propos de son mystérieux interlocuteur, Nick Redfern conclut qu’une connaissance du contact de Tom Carey avait essayé de s’informer sur le moyen de tirer de l’argent avec ces diapositives.

Le 30 septembre 2013, Anthony Bragalia, qui avait rejoint la Dream Team en novembre 2011, a évoqué des fuites de la part de personnes trop pressées, tout en démentant certaines rumeurs comme celle voulant que les photos montrent des débris de matériel. Il validait l’authentification des deux diapositives, de marque Kodachrome, comme datant de 1947. Il n’y a pas de signe de retouche, d’amélioration digitale ou de tout autre canular technique photographique. Les photos, en couleur, ont été prises de près et sous deux angles différents. Ces diapositives ont été découvertes dans un coffre qui a appartenu à un couple décédé (Bernerd et Hilda Ray), dont Anthony Bragalia ne donnait pas le nom, celui-ci ayant cependant déjà fuité sur Internet, notamment par Nick Redfern.

Bernerd Ray était géologue prospecteur de pétrole dans la zone de Roswell. Certaines diapositives représentent des personnes connues : le général Eisenhower, l’acteur Clark Gable).

Le 6 octobre 2013, Kevin Randle s’exprima sur le sujet et raconta comment il fut approché en novembre 2011 par Tom Careypour écrire le livre ultime sur Roswell. Cela commença par une enquête sur un journal de 1947 d’une personne de Roswell, avec recherche de témoins encore vivants. A cette enquête, Tom Carey associa Don Schmitt. Durant l’été 2013, Kevin Randle était plutôt sceptique, ainsi que le laissa penser Anthony Bragalia, pensant à un énième canular. C’est ce qu’il déclara lors d’une interview diffusée en podcast, auprès de Paul Kimball, un producteur de films sur les OVNIs…

En octobre 2013, Tom Carey a été interviewé par Alejandro Rojas pour le site Open Minds. A cette occasion, il a précisé que les diapositives ont été apportées à un historien officiel de Kodak qui les a datées de 1947 et authentifiées. L’une des diapositives montre un être de 1 mètre 5 à 1 mètre 20, avec une tête ressemblant à celle d’un insecte, l’individu étant couché sur une sorte de brancard. L’autre diapositive montre que la tête a été sectionnée, avec une autopsie partielle du corps, les entrailles ayant été retirées. Le cadavre aurait été embaumé. Ces deux photos auraient été prises à l’intérieur d’un local.

En juillet 2014, un anonyme qui s’est présenté comme un professionnel de l’aérospatial a témoigné sur le site The Ufo Chronicles. Il dit qu’il a rencontré le propriétaire des photos, qu’il a vu celles-ci et qu’il validait la description donnée par Tom Carey. Il donne à l’être une taille d’environ 90 centimètres, avec une peau lisse et tendue (peut-être à cause d’un traitement de conservation du corps). Il n’a pu voir de doigts aux mains ou de pieds, aucune dent n’étant visible. La tête paraissait être blessée.

Le 12 novembre 2014, Tom Carey fit cette déclaration à l’occasion d’une conférence sur les OVNIs :

« Nous sommes entrés en possession de deux diapositives Kodachrome couleur d’un être extraterrestre reposant sur une caisse en verre. »

Le 4 février 2015, le présentateur mexicain Jaime Maussan a présenté à la presse, sur la chaîne Tercer Milenio, la conférence prévue pour le 5 mai 2015 à Mexico. A cette conférence, devaient être présents Tom Carey, Don Schmitt, Tony Bragalia, l’ancien astronaute Edgar Mitchell (ce dernier, le sixième homme à avoir marché sur la Lune lors de la mission Apollo 14, étant né… à Roswell). Edgar Mitchell, qui a grandi à Roswell, y a connu de nombreuses personnes qui lui ont confirmé oralement l’histoire du crash, un major, qui était ami de sa famille, lui ayant aussi confirmé l’événement. Lors de cette conférence de presse de février 2015, on a appris que celui qui a fourni les photos à la « Dream Team » s’appelle Adam Dew, un producteur de films dont la sœur d’un ami est celle qui a découvert les diapositives dans la malle d’un grenier, alors qu’elle était mandatée pour faire le vide avant la revente (ou destruction) de la maison, cette dernière étant celle du couple Bernerd et Hilda Ray. Ces deux diapositives étaient cachées dans la doublure de la malle qui en contenait d’autres.

Ces photos étaient restées de côté pendant dix ans, avant que la sœur n’en parle à son frère, lequel en parla ensuite à Adam Dew. Ce dernier se rapprocha alors de Tom Carey et Don Schmitt pour faire expertiser les diapos. Mais les deux chercheurs repoussèrent Adam Dew pendant un an car ils craignaient qu’il s’agisse d’une manipulation ou d’un nouveau canular. On a en mémoire la fameuse « autopsie d’un extraterrestre »… Ce n’est qu’après avoir fait expertiser les diapositives que Don Schmittet Tom Carey se sont intéressés à l’histoire.

Adam Dew a précisé que ces diapositives étaient recouvertes d’une laque protectrice. Or, la production de cette laque a été interrompue au début des années 1960. Comme les enveloppes cartonnées des diapositives indiquent la fin des années 1940, nous disposons d’une fenêtre temporelle de datation. En outre, Kevin Randle mentionne un codage sur le côté des diapositives qui renvoie à l’année 1947 !

Le producteur Adam Dew a créé une nouvelle entreprise, Slidebox Media, afin de produire un film documentaire (Kodachrome – A Documentary) sur l’histoire et l’authentification des diapositives dites de Roswell. De larges extraits ont été diffusés le 5 mai 2015 dans l’émission spéciale qui a été retransmise en direct de la ville de Mexico, depuis l’Auditorium National (ce dernier ayant une capacité d’accueil de 10.000 places).

(Je précise que cet événement a été évoqué, le 7 ou 8 mai 2015, sur la chaîne d’information iTélé… J’y ai vu les ufologues Richard Dolan et Jaime Maussan, en plus de la photo du prétendu « alien ».)

En février 2015, Nick Redfern a affirmé qu’un pirate informatique s’était introduit dans son ordinateur et ses mails, ainsi que dans ceux d’Anthony Bragalia et de Rich Reynolds – du blog UFO Conjecture(s). Un pirate, se nommant lui-même A Glass Darkly(un miroir sombre), a essayé de fureter dans leurs ordinateurs à la recherche d’images des diapositives, qu’aucune de ces personnes ne possédait. Le pirate s’est même permis de répondre aux mails des personnes visées par le piratage. Le FBI a été saisi (aucun retour ne semblant avoir été fait), Nick Redfern pensant à un acteur impatient de la communauté ufologique.

Authentique ou non ?

Parmi les faits qui ont semblé militer en faveur de cette histoire, il y a d’abord la datation plus que probable des diapositives, cette datation ayant été rendue possible par leur composition (émulsion, laque, protection en carton) et leur numéro de codage latéral, ce qui renvoie à l’année 1947. Kevin Randle a précisé que le codage indique que le film a été produit soit en 1927, soit en 1947, soit en 1967. Et on sait que c’est antérieur à 1960, ce qui ne laisse que 1927 et 1947, avec une forte probabilité pour cette dernière année.

Un expert consulté par Adam Dew – Kevin Randle a donné à Tom Carey les coordonnées d’un scientifique en la matière -, qui a travaillé plusieurs décennies comme expert photo chez Kodak, s’est aussi prononcé sur la véracité des diapositives.

Bernerd et Hilda Ray ont divorcé dans les années 1960. Bernerd Ray, géologue prospecteur, a été membre puis président du chapitre texan de l’Institut Américain des Géologues du Pétrole. Après 1947, Bernerd ne réapparut plus à l’Institut des Géologues. Son épouse Hilda, qui était avocate d’affaires, fréquentait l’élite de l’époque. Elle était pilote et aurait eu des relations avec le milieu du Renseignement. Un militaire de haut grade aurait-il donné les photos ou Bernerd put-il les prendre lors d’une prospection sur le site du ou des crashes ?

En 1947, l’imagerie culturelle d’un extraterrestre n’incluait pas forcément l’image de nos modernes « Gris », au corps frêle, à grosse tête et aux grands yeux étirés. Kevin Randle a noté seulement la couverture du numéro d’avril 1931 du magazine de science-fiction Wonder Stories, qui illustrait la nouvelle d’Edward Hamilton (« The Man who Evolved ») et qui concernait en fait la représentation d’un être humain du futur.

Le 15 février 2015, Tony Bragalia a rappelé, sur le blog de Kevin Randle, qu’il est malaisé de critiquer le fait de faire payer les places à l’auditorium de Mexico (pour le 5 mai) ou de produire un film documentaire pour le vendre, car personne ne sait combien les enquêteurs ont investi pour payer les experts consultés, pour financer les voyages afin de rencontrer les spécialistes, pour l’hébergement, pour la nourriture, etc.

Kevin Randle était sceptique sur l’interpétration de l’être sur les diapositives. En mars 2013, il a reçu un mail sur la manière de construire un cas « authentique ». Quant à Nick Redfern, il pensait qu’il pouvait s’agir d’une momie trouvée dans le désert ou d’un « être disproporionné » (sic).

Tom Carey a précisé que l’être retrouvé a deux bras, qu’il semble avoir quelque chose d’analogue à une cage thoracique, qu’il n’a été que partiellement disséqué, la cavité pleurale et la cavité abdominale ayant été enlevées.

La laque sur les diapositives a été utilisée entre 1930 et 1960, ce qui, couplé avec les numéros de code latéraux sur les diapositives, ne laisse que l’année 1947 comme possibilité, d’autant plus que les chemises cartons entourant les photos sont datées entre 1941 et 1949.

Il ne peut s’agir d’un enfant hydrocéphale car, dans les années 1930 et 1940, les enfants naissant avec cette maladie n’avaient que très peu de chances de survivre, d’autant que les bras et jambes sont extrêmement fins, ce qui ne correspond pas aux caractéristiques humaines ou à un enfant hydrocéphale. Tony Bragalia a notamment précisé que l’être n’a pas de dents et qu’il a un menton pointu, etc., ce qui n’est pas associé à l’hydrocéphalie. De même, Tony Bragalia a identifié quatre doigts, ce que l’on n’observe pas chez les momies ou chez les enfants hydrocéphales. En outre, Tony Bragalia a démenti l’association de cet être avec une photo, postée par Gilles Fernandez, qui représente une momie d’un musée espagnol. Il note que cette momie est desséchée, alors que l’être représenté sur les diapositives était décédé récemment.

« Il revient sur les appels et menaces reçus, sur la divulgation du nom de témoins sur Internet, sans parler du piratage de son ordinateur et d’argent volé sur son compte bancaire. » (S. Royer)

Adam Dew précisa, notamment à Kevin Randle, qu’Hilda mourut en 1998 et que les diapositives furent découvertes la même année dans le grenier d’une maison de Sedona.

Il est vrai que, comme l’a noté Nick Redfern, « nous avons besoin de plus que des diapositives pour affirmer, de manière solide, que des extraterrestres se sont écrasés au Nouveau-Mexique, à l’été 1947 », et que nous avons besoin de matériaux, d’indices corporels. Il ne s’agit pas d’une preuve suffisante susceptible de faire basculer le sceptique dans le camp du convaincu. (1) Sur ce point, on ne peut malheureusement que lui donner raison.

 Le texte sur ovnis-direct.com :

Sur le site ovnis-direct.com, on évoque le sujet dans un texte daté du 7 mai 2015. On y lit que la présentation des photos a eu lieu le 5 mai lors d’un événement, appelé « Soyez témoins », à l’Auditorium National de Mexico où 10 000 personnes étaient attendues.

Le chercheur et écrivain Richard Dolan, connu des ufologues pour son œuvre intitulée « UFO’s and The National Security State », a validé l’authenticité de ces images, ainsi qu’Edgar Mitchell (sixième astronaute à s’être posé sur la Lune avec la mission Apollo 14, docteur en sciences de l’aéronautique et de l’astronautique au MIT) qui était également présent.

Quant à Nick Pope, ancien responsable du projet OVNI au ministère britannique de la Défense, il s’est dit déçu par la qualité des images présentées lors de cette conférence. Il a déclaré au Daily Record qu’il pourrait s’agir « d’un modèle » (sic) ou tout simplement d’une « fausse image ».

Anthony Bragalia, qui a participé à l’enquête sur les photographies, a donné plus de détails sur le couple décédé et propriétaire de la maison où les photos ont été trouvées. Leurs noms étaient Bernard (Bernerd dans l’article de Top secret) et Hilda Blair Ray…

« De nombreux analystes ont comparé le contenu de l’image à une momie d’enfant. Le site OpenMinds rappelle qu’un article au sujet d’une étude sur les momies a été rédigé par David Hunt, anthropologue physique, en 2012. On y remarque une étrange similitude entre la momie de Thèbes et le supposé humanoïde représenté sur l’image de la conférence mexicaine. »

John Greenewald, du site « Black Vault », note que, près du corps de l’humanoïde, « il semble y avoir d’autres objets affichés et dont on ignore la nature, bien que ressemblant à une tête de singe ou de gorille ». Le décor lui fait penser à celui d’un musée. John Greenewald souligne également que, de l’autre côté de l’écran, il semble y avoir une femme portant une jupe.

« Notre avis est que l’importante campagne de publicité réalisée autour d’un supposé scoop qui devait changer la face de l’ufologie semble avoir produit un véritable FLOP de maniére générale !

Nous ne remettons guère en question le caractère intrigant de ces images, mais plutôt la manière de présenter ce type de pseudo-événement qui ne mène jamais à de véritables découvertes, sauf à tendre le bâton aux médias traditionnels pour se faire battre ensuite. » (2)

Il semble donc que ce prétendu « alien » n’a rien d’extraterrestre, qu’il n’est pas associé à Roswell et que ce que l’on voit n’est rien d’autre qu’un enfant momifié… Voir à ce sujet, par exemple, le site www.theufochronicles.com Dommage, la preuve de l’origine extraterrestre du crash à Roswell va devoir encore attendre.

IMG_4190

C’est une momie, pas un « alien » :

Voici la lettre envoyée par Kevin Randle au site UFO Conjecture(s), ce texte ayant été mis en ligne le 10 mai 2015 :

« Kevin Randle sent me this comment (about my posting saying he should move on from the slides topic with the rest of us):

‘Really Rich ?

Five stories about the slides after you beg me to stop…

What can I say. »

He was right to send the comment.

I had posted five things (now deleted as Lance Moody knows I am wont to do with irrelevant material) about the slides after saying it was time to move on.

My excuse is I was accommodating Anthony Bragalia and my friends Nick Redfern and Jose Caravac.

They wanted input about the slides to appear here.

But now that the slides imbroglio has reached a denouement by the excellent work of Lance Moody, Paul Kimball, Curt Collins, Gilles Fernandez, Isaac Koi, and others of the « anti-sliders » group (as I call them), we (or I) can truly move on.

The May 5th farce is over and undercut to the point of total decimation.

The slides show a mummy, as Mr. Bragalia concedes.

Roswell has nothing to do with anything about them.

The Roswell Team has wasted two-plus years of their so-called new Roswell research, and the rest of us have wasted reams of our time and lives by going along for the ride.

It’s over… done, kaput.’ »

Ceux qui lisent l’anglais auront compris que Kevin Randle écrit qu’il s’agit d’une « farce », que le documentaire montre une momie (ce que concède maintenant Anthony Bragalia) et que Roswell n’a rien à voir avec cette histoire. (3) Le dossier est clos.

Voici en outre, pour ceux qui lisent l’anglais, la mise au point de Richard Dolan sur son blog (www.richarddolanpress.com) :

« I wrote the following piece a few hours before the alleged deciphering of the placard of the Roswell Slides was announced, indicating the body depicted is that of a two-year-old mummified child — although the deciperhing itself is being claimed to be a hoax.

This is very much in line with how it has gone for the entire episode, which I participated in as the closing speaker to the event in Mexico City on May 5, was surrounded in controversy, debate, and invective.

I will simply add that when you throw yourself into the public arena, controversies are hard to avoid. It’s just part of my life. I try to manage through the twists and turns the best I can. The only things I can fall back on is (a) doing my best, which is often inadequate, (b) being brave enough to speak my mind when I feel I have truth, (c) having the integrity to be candid and honest at all times, even if it disappoints other people, and (d) treating others with grace and respect as much as possible. I don’t do anything perfectly. All I can do is to give things my best effort. At the end of the day, and at the end of one’s life, that is really all we have.

[The following was originally posted to Facebook May 8]

Since returning from Mexico City, I have been in communication with many people regarding the so-called Roswell slides. I attended the event in the first place because it seemed to have the potential to unveil important information. I had not seen the slides beforehand, but did have conversations with some of the principals who had. During those conversations, I was also told about the analyses performed on them. So I decided to go, and at no point was I ever asked to endorse the slides.

After arriving and seeing the slides, and especially hearing the analyses in more detail, I felt the overall picture presented was compelling. The analyses by Jose de Jesus Zalce Benitez, Richard Doble, and Dr. Luis Antonio de Alba Galindo argued that the body depicted was not a human being. Since I am not a physiologist, I never felt qualified to debate that point.

My problem is this : when I simply look at the pictures, I see what many other people are seeing … an interesting museum piece. One that looks like other examples that are on the web. With the acknowledgment that looks can be deceiving, I still keep coming back to that.

On top of this, there have been some very good critiques coming in. Recently, Nick Redfern posted a good analysis on the “Million Dollar Museum” in New Mexico, which he suggests may be where the slides were taken. Perhaps this is the answer, or perhaps it’s something else. But it is clear that the arguments promoting the slides as depicting an extraterrestrial have to overcome some serious objections.

It’s frustrating that the analyses by the three scientists have not been published in text form on a website where others can read them and respond to them. I told the group in Mexico City that this needs to happen as soon as possible, and they agreed. But it has not yet happened.

Although I previously stated the slides would not easily be debunked, it seems more relevant to me that they don’t need to be debunked so much as to be proven to be something anomalous. That is where the burden of proof lies.

For all the hoopla that accompanied and followed the Mexico City event, and all the furor that followed it, I feel it was a worthy endeavor. I believe the people involved are honest.

But for me, until the proper analyses are published, and until we have had time to read critiques of those analyses, and until there are strong replies to some of the critiques that are currently published, I cannot consider these slides as evidence of extraterrestrials. » (R. Dolan)

Alain Moreau

Références :

1. Stéphane Royer, « Top secret », n° 78, avril-mai 2015, p. 28-33.

2. www.ovnis-direct.com

3. UFO Conjecture(s)

Source : http://www.mondenouveau.fr/laffaire-des-diapositives-de-roswell/

Charger d'autres écrits dans Les "fausses" momies aliens
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Ata d’Atacama : extraterrestre ou humanoïde ?

Le documentaire Sirius est sorti aux États-Unis le 22 avril 2013. Il a été produit par le …