Accueil Les "fausses" momies aliens Atta Boy, l’inspiration de Steven Greer ?

Atta Boy, l’inspiration de Steven Greer ?

54

Ata, la mystérieuse momie d’apparence extraterrestre, ne serait pas unique en son genre.

Il y a quelques semaines, Dark Zone revenait sur Ata, la momie humanoïde de 15 cm, star du documentaire ‘Sirius’. Le film présente les conclusions stupéfiantes d’une étude scientifique menée par la Stanford University’s School of Medicine : l’ADN d’ATA est bel et bien humain mais ce n’est pas un foetus. L’étude du squelette indique que nous sommes en présence du cadavre momifié d’un enfant mort à un âge compris entre six et huit ans (*).

Mais cette affaire, toujours en suspens dans l’attente d’analyses complémentaires, connaît un rebondissement avec la publication du livre « A curious man : the strange and brillant life of Robert « believe it or not ! » Ripley », (Un homme curieux : la vie étrange et brillante de Robert ‘Croyez-le ou non’ Ripley).

Cette biographie de Neal Thompson retrace la carrière de Robert Ripley (1890-1949), dessinateur de presse devenu millionnaire. Ce globe-trotter et anthropologue amateur est le créateur de la série ‘Believe it or not’ déclinée à l’origine sous forme de dessins, puis de livres, d’émissions de radio et même de télévision.

Les lecteurs du ‘Journal du Mickey’ et d’autres publications estampillées Disney se souviennent sans doute de ses planches publiées en français sous le titre ‘Le saviez-vous ?’.

On y découvrait des informations insolites rédigées en quelques lignes et illustrées d’un dessin évocateur qui ont nourri l’imaginaire de millions de gamins dans le monde. Son succès était tel qu’à la fin des années 30, le ‘New York Times’ l’a élu «homme le plus populaire des Etats-Unis».

Ce touche-à-tout, passionné par le bizarre est une sorte de Charles Fort de la pop-culture. Contrairement à son compatriote qui collectait ses ‘faits damnés’ dans les livres et la presse, Robert Ripley a rapidement disposé de moyens financiers conséquents qui lui ont permis de sillonner le monde à la recherche d’histoires et d’objets incroyables. Il a accumulé au cours de sa carrière plus de 40 000 photos et artefacts venus enrichir une fabuleuse collection exposée dans sa propre chaîne de musées.

Et, parmi ses trouvailles, figurait une sinistre momie d’une quinzaine de centimètres, découverte dans la partie péruvienne ou bolivienne du désert d’Atacama. Robert Ripley l’avait surnommé ‘Atta boy’(avec deux ‘t’, variante orthographique du nom de ce désert sud-américain).

Plusieurs photos du petit corps figurent dans le livre de Neal Thompson dont celle-ci, datée de 1933, qui montre Robert Ripley tenant dans ses mains ‘Atta boy’, avec la légende manuscrite : «Reduced and mummified human figure- Jivaru Peru» (Figure humaine réduite et momifiée. Jivaro-Pérou).

alienata4

Car, loin de souscrire à l’idée d’une provenance extraterrestre de son ‘Atta boy’ ou à une forme inconnue et extrême de nanisme, l’explorateur était convaincu qu’il s’agissait d’un corps réduit par les Jivaros, selon la méthode qu’ils employaient pour ramener les têtes tranchées de leurs ennemis à la taille d’une balle de tennis.

Une hypothèse manifestement erronée puisque les Jivaros ôtaient toutes les parties osseuses pour ne conserver que la peau transformée en cuir ainsi que les cheveux. Or, le squelette d’Atta Boy, à l’instar de son cousin Ata, apparaît intact.

Dans une interview accordée au Huffington Post, le conservateur des archives Ripley, Edward Meyer, précise : «J’ai vu de véritables corps réduits. Il en subsiste trois connus qui ne sont pas l’œuvre des Jivaros mais d’un médecin allemand installé au Pérou qui a voulu pousser plus loin leur technique en s’attaquant au corps entier. Le squelette a été enlevé.»

Pour Edward Meyer, Atta Boy est selon toute vraisemblance un foetus momifié mais il est lui aussi troublé par sa ressemblance avec la minuscule dépouille découverte en 2003 au Chili. Malheureusement, Atta Boy a disparu depuis des décennies : «Il semble que Robert Ripley n’ait laissé aucune note spécifique expliquant comment il était entré en possession de la momie. C’est un mystère.»

Peut-être repose-t-il dans la réserve poussiéreuse d’un musée ou dans le cabinet de curiosités d’un collectionneur privé… Edward Meyer, qui a fait d’Atta Boy son Graal, ne désespère pas de le retrouver. Il fournit même son mail pour lui communiquer toutes les informations susceptibles de remonter la piste de ce cousin d’Ata. Car, une étude comparative de leur ADN serait sans nul doute très riche d’enseignements…

(*) Rue 89 a publié deux articles assez confus sur la question, mettant en doute l’honnêteté intellectuelle du responsable de cette étude, le Dr. Garry Nolan: 

Ce professeur de microbiologie et d’immunologie aurait été influencé par ses « croyances à la vie extraterrestre ». Une accusation infondée puisque ce médecin conclut, dans le cadre sa propre spécialité, à l’origine humaine d’Ata en contradiction avec la thèse des producteurs de ‘Sirius’ convaincus qu’il s’agit d’un ‘alien’.

Son collègue, le Dr. Ralph Lachman, spécialiste réputé du squelette, conclut de son côté qu’Ata est un enfant décédé entre six et huit ans. Un verdict certes d’une grande étrangeté mais qui n’implique pas non plus une explication extraterrestre.

Source : parismatch.com (article : « Ata et Atta Boy. La double énigme des mini momies », auteur : David Ramasseul, 30/05/13)

Charger d'autres écrits dans Les "fausses" momies aliens
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

L’affaire des diapositives de « Roswell ».

Le dossier de « Top secret » : C’est dans le numéro d’avril-mai 2015 de la revue « Top sec…