Lorsque l’abus d’interdits conduit dans une impasse :

1146

Pour soigner son image, la chaîne retire du jeu l’épreuve discutée des cylindres, ainsi que celle de la cellule capitonnée.

C’est l’un des défis les plus emblématiques de «Fort Boyard» que France 2 va supprimer. Une épreuve « très appréciée de la gent masculine » explique même le site du jeu de France 2. D’après nos informations, les téléspectateurs de jeu d’aventure de France 2 ne verront plus « les cylindres », où les personnalités, surtout des candidates, doivent glisser et avancer sur des rouleaux instables. « France 2 renouvelle ses épreuves, comme chaque année », confirme la chaîne, sans plus d’explication.

Une façon d’apaiser certains esprits dans le sillage des différents mouvements qui ont pointé les propos et attitudes sexistes ces derniers mois ? « On y a été sensible mais il s’agissait surtout de renouveler le jeu, explique-t-on du côté de la production. Nous disposons de peu de cellules sur le Fort. Soit on en rénove certaines soit on crée de nouveaux défis, les cylindres faisaient partie des plus vieilles épreuves ».

La fin d’une épreuve créée il y a 25 ans

Lancée en 1993, celle-ci a été jouée plus d’une centaine de fois… dont seulement par une dizaine par des hommes ! La première année, le passage des cylindres était filmé de dos avant que les angles de vue ne changent dès 1994. Depuis, on ne compte plus les gros plans sur les décolletés et les formes avantageuses des concurrentes, de Jade Lagardère à Shy’m, Iris Mittenaere ou Valérie Bègue.

Trop poussé ? « Il n’y avait rien de malveillant, mais les mentalités ont évolué, glisse une ancienne miss France qui y a déjà participé. C’est bien que ça s’arrête. Ou alors, il faut envoyer autant d’hommes que de femmes. » Invitée à affronter les rouleaux l’été dernier, Enora Malagré, l’ex-chroniqueuse de « Touche pas à mon poste » avait opté pour un tee-shirt ras du cou.

«La cellule capitonnée» va également disparaître

Dans la foulée, « Fort Boyard » se passera également de l’asile, rebaptisé «la cellule capitonnée» en cours de saison après la grogne d’associations de malades psychiatriques qui dénonçaient une « discrimination ». On y voyait un candidat évoluer dans un environnement anxiogène, entravé dans une camisole de force. Un nouveau jeu sera installé dans la cellule reprenant le mécanisme du décor tournant qui, lui, avait été apprécié de tous.

Source : http://www.leparisien.fr (auteur : Carine Didier)

Question pertinente : et si, dans l’ère post-Weinstein, c’était le corps féminin qui devenait problématique ? Va-t’on bientôt demander aux femmes de supprimer leurs seins comme on leur a demandé de se débarrasser de leur pilosité pubienne, autre signe de féminité par excellence ? Attention à ne pas confondre combat féministe et intégrisme.

Charger d'autres écrits dans Il est interdit d'interdire !
Les commentaires sont fermés.

Consulter aussi

Le déclin de l’idéal américain : « Si tu veux la guerre, prépare la paix ».

Notre jolie chercheuse de vérité s’apprête à défrusquer les affaires non classées : « Nos …